CFDT chez American Express GBT

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, juillet 15 2016

pensez « ACCIDENT DU TRAVAIL ».

                         

AGRESSIONS PHYSIQUES, OU VERBALES, ACTES DE MALVEILLANCE, MENACES DE REPRÉSAILLES…

Sont des accidents hélas courants pour un agent de sécurité, un salarié casino-jeux, du commerce…

CATASTROPHES NATURELLES, ATTENTATS…

Sont des risques extérieurs à l’entreprise, peu abordés dans la prévention des risques professionnels et auxquels on se sent démunis lorsqu’ils surviennent.

    

Pourtant dans les deux cas, si vous êtes victimes de ce type d’évènement durant l’exercice de votre travail, ayez le réflexe :

pensez « ACCIDENT DU TRAVAIL ».


Affichette_AT_A4.pdf


Vos contacts :

Délégués du Personnel

Délégués au Comité Entreprise

et Vos Délégués Syndicaux


PÉNIBILITÉ


La loi s’applique à tous

À l’occasion de l’application de six nouveaux critères de pénibilité,

le patronat remet en cause une nouvelle fois la mise en place du Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (C3P) arguant la complexité du dispositif.

Pour la CFDT, ce n’est pas acceptable.

Tout le temps nécessaire a été donné depuis la promulgation de *la Loi du 20 janvier 2014 sur les retraites et la sortie des premiers décrets en octobre 2014.

Malgré cela, le patronat refuse le dialogue en restant sur des postures dogmatiques.

La CFDT continue d’affirmer que la mise en œuvre du compte personnel de prévention de la pénibilité est tout à fait possible sans compliquer la tâche des employeurs comme le prouve les accords de branche négociés ou en cours de négociation sur les référentiels. La loi doit s’appliquer à tous.

La CFDT rappelle que la reconnaissance de la pénibilité a déjà permis à 500 000 salariés d’acquérir des points au titre de l’année 2015

À terme, ce sont 1,3 million de salariés qui pourraient bénéficier de cette reconnaissance.

La CFDT en appelle au respect de la loi.

 

DÉCLARATION DE Hervé GARNIER, SECRÉTAIRE NATIONAL DE LA CFDT

vendredi, juin 24 2016

BREXIT

La CFDT regrette profondément le choix du Royaume-Uni

La CFDT regrette profondément le choix des électeurs britanniques, mais celui-ci doit être respecté. La victoire des partisans de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne va provoquer de nombreuses difficultés pour ce pays, pour l’Europe mais aussi pour l’économie britannique et européenne.

Dans le contexte britannique politique actuel en faveur de la dérégulation, il est fort à craindre que les droits sociaux, qui ont pour origine la législation européenne, soient revus très nettement à la baisse. La CFDT soutiendra le combat du Trades Union Congress, le syndicat britannique, pour préserver les droits des travailleurs britanniques.

La CFDT continuera également à participer activement à l’action du syndicalisme européen, en faveur d’une relance économique par l’investissement pour un nouveau modèle de développement en Europe, afin d’atténuer l’impact économique négatif du Brexit et, au-delà, de reprendre le chemin du progrès.

Pour la CFDT, l’Union européenne doit impérativement redonner des perspectives d’avenir à ses citoyens pour, comme le précisent les Traités européens, le plein emploi et le progrès social dans le cadre d’un développement durable. Un projet européen doit donner les moyens aux pays qui le veulent d’aller plus loin dans une coopération et une solidarité qui les renforcent face aux défis du 21e siècle : mutations technologiques, changement climatique, poids des émergents, migrations, développement durable…

La CFDT continuera à agir en ce sens au sein du mouvement syndical européen et au niveau de la société française.

Dégradations du siège de la CFDT : un nouveau coup porté à la démocratie

Les locaux du siège de la CFDT, situés dans le 19e arrondissement de Paris, ont été vandalisés ce jeudi 23 juin par des individus cagoulés, alors qu'un salarié se trouvait encore dans le bâtiment. De nombreuses vitres sont brisées et des tags insultants et nauséabonds ont été réalisés.





     

Depuis plusieurs semaines, les militants  et responsables de la CFDT se font régulièrement insulter et menacer, plusieurs locaux de l'organisation ont également été pris pour cible sur tout le territoire. Cette violence verbale et physique est inadmissible et insupportable pour les militants comme pour les salariés de la CFDT. 

L'attaque spectaculaire contre les locaux de la confédération est un nouveau coup porté à la démocratie. Une plainte a d'ores et déjà été déposée contre les auteurs de ces dégradations. 

La CFDT a toujours prôné le dialogue et le respect, condamnant sans réserve toutes les formes de violences et d’outrances verbales comme on en entend trop souvent. Elle appelle tous les acteurs à condamner ces violences ainsi qu’au respect de ses militants et des idées qu'elle défend.  

Malgré les attaques qu’elle subit, la CFDT restera toujours attachée à ce que les valeurs démocratiques priment sur la violence.

La commission exécutive de la CFDT

mardi, juin 21 2016

On prend les mêmes et on recommence….

Le 15 juin dernier se sont déroulées les élections du CHSCT.

La CFDT a présenté une liste syndicale assumée portant haut les valeurs de la Confédération démocratique du travail, tout en l’ouvrant  à de nouveaux élus dans la mesure de nos moyens .

Vos délégués syndicaux seront pour cette nouvelle mandature, le fer de lance de cette équipe aidée et soutenue par Anne Beaumont, nouveau membre du CHSCT.

 Nous serons donc trois élus plus un représentant syndical pour défendre vos intérêts au plus prés de la réalité. Nous suivrons avec la plus grande attention la mise en place du protocole  d’engagement sur le coaching de la performance sur lequel nos positions restent inchangées et nos doutes certains.

La CFDT a toujours soutenu et continuera de soutenir le principe d’une expertise libre et indépendante dés que les intérêts et les conditions de travail des salariés seront remis en cause. Le CHSCT  a les moyens de lutter contre toutes ces dérives, c’est son rôle de prévention et nous continuerons au maximum à appuyer cette démarche .La loi nous en donne les moyens, nous nous en servirons.

Violences contre la CFDT, la liberté d'opinion doit être valable pour tous

Depuis plusieurs semaines, la CFDT fait face à de multiples attaques et agressions. Après les injures à l’encontre de nos militants, dans les entreprises et sur les réseaux sociaux,  des dégradations de plusieurs locaux CFDT ont eu lieu sur tout le territoire et  un drapeau de la CFDT a été brûlé lors de la dernière manifestation parisienne.

Dans une démocratie, la liberté d’opinion est valable pour tous. Aujourd’hui, cette liberté n’est pas respectée. Malgré leur colère, les militants CFDT font preuve de sang-froid face à ceux qui justifient la violence pour défendre leurs idées.  Mais cette intolérance et cette violence sont insupportables, notamment pour les salariés de la CFDT qui sont présents dans les locaux et doivent faire face à ces actes violents.

La CFDT ne partage pas cette conception du débat et du syndicalisme. Face à cette montée de violence, la CFDT en appelle au respect de ses militants et des idées qu’elle défend. Elle se réserve le droit de saisir la justice à chacune des agressions subies.

Dans un contexte particulièrement tendu dans notre pays, la CFDT appelle l’ensemble des acteurs à la responsabilité, au respect et à l’apaisement.


Publié le 20/06/16

DÉCLARATION DE LA COMMISSION EXÉCUTIVE DE LA CFDT



jeudi, juin 16 2016

ORIENTATIONS STRATEGIQUES 2016 - 2018

Le Comité d’Entreprise a été consulté sur les orientations stratégiques de notre société pour la période 2016-2018.  Celles-ci doivent donner une vision claire et globale de notre futur.

Les élus CFDT ont refusé de se prononcer sur ces orientations, comme nous le préconisait notre juriste auprès du CE car ils considèrent que les informations données par la Direction sont parcellaires et  ne nous permettent pas de rendre un avis.  Nous sommes conscients  que les discussions au niveau du groupe, toujours en cours, peuvent rendre difficile une parfaite clarification, pour autant comment rendre un avis éclairé sans information sur 2017 et 2018.

Les informations reçues concernant les conséquences sur l'activité, l'emploi, l'évolution des métiers et des compétences, l'organisation du travail, le recours à la sous-traitance et à l'intérim, ou à des contrats temporaires, les orientations de la formation professionnelle sont pour nous des informations incomplètes.

 Voici donc l’avis rendu :

La CFDT n’a pas été en mesure d’émettre un avis éclairé et encore moins de proposer des orientations alternatives sur un texte aussi vague qui ne contient pas assez d’éléments d’information concrets sur la stratégie de l’Entreprise pour l’avenir ainsi que sur les moyens qu’elle entend mettre en œuvre en vue d’y parvenir.

mardi, juin 14 2016

ATTENTAT À ORLANDO




La CFDT solidaire et engagée aux côtés des personnes LGBT

La CFDT condamne fermement l’attentat qui a visé une boîte de nuit, haut-lieu de la communauté LGBT, dans la nuit de samedi à dimanche, à Orlando aux États-Unis. Le bilan provisoire de cette tuerie est de 50 mort.e.s et 53 blessé.e.s.  

En plein mois des fiertés, le fait que des personnes ait été prise pour cible en raison de leur orientation sexuelle ne laisse aucun doute quant aux motifs du tueur. Cela nous rappelle, s’il en était besoin, que le combat pour le respect et l’égalité est malheureusement encore loin d’être gagné.

La CFDT tient à affirmer son soutien à la communauté LGBT et à l’ensemble du peuple américain. Il ne saurait y avoir de meilleure réponse qu’un engagement renforcé pour l’égalité de toutes et tous.

La CFDT, comme elle l’avait annoncé, marchera aux côtés des lesbiennes, gays, bisexuels, et transgenres lors des Marches des Fiertés qui se déroulent en France. Elle réaffirmera le rôle du syndicalisme pour faire progresser le respect des personnes dans leur diversité, à travers des partenariats tels que celui signé récemment avec le RAVAD, des actions de sensibilisation et de formation, et la défense des valeurs qui sont les siennes.

samedi, avril 30 2016

Un petit résumé de mes activités auprès du SNAV (syndicat national des agences de voyages).

Depuis janvier, je suis mandaté par la  CFDT pour négocier au SNAV les accords de branche, c'est à dire selon la hiérarchie des normes, les accords qui se placent au-dessus des accords d'Entreprise que nous négocions tout au long de l'année.  Les accords de branche s'imposent à tous.

Notre branche représente 97 000 personnes et est  formée d'  Entreprises adhérentes dont GBT .

 Les thèmes abordés sont presque tous communs  avec les  accords d'Entreprises.  Les syndicats représentés sont la CFDT, la CGT, FO, la CGC, la CFTC. La CFDT pèse pour environ 30 %, notre représentation est donc très importante.

Comme indiqué dans notre précédent article ce qu'il faut retenir de l'actualité c'est le refus des augmentations de salaires porté par les syndicats patronaux. Les  négociations sur les minimas sociaux sont de ce fait bloquées.

Gilles Paton
Représentant CFDT au SNAV

mardi, avril 26 2016

Les employeurs ensablent les négociations nationales sur les salaires

Cela fait 3 ans que les salaires n’augmentent pas pour les minimas conventionnels négociés en branche. Cette année encore, l’organisation patronale, le Syndicat national des agents de voyages (SNAV), n’a pas souhaité faire d’effort. Non seulement ses représentants n’avancent pas de propositions autres que le rattrapage du SMIC - qui est une disposition légale – et le maintien des écarts entre les groupes de classification, mais ils ont aussi refusé celles des 5 organisations syndicales de salariés représentatives (les fédérations de la CFDT- CFE-CGC -CFTC-CGT-FO).

En conséquence, le groupe A, le premier niveau de classification, se retrouve de fait en dessous du SMIC, et le premier niveau « cadre » est en dessous du plafond de la sécurité sociale.

Les 5 organisations syndicales de salariés représentatives réprouvent cette attitude contraire au dialogue social et tout en rappelant l’engagement oral du SNAV de maintenir le groupe A à 3% du SMIC, visant à favoriser l’attractivité des métiers du secteur.

Les 5 organisations syndicales de salariés se gardent de s’aligner sur une telle attitude. Elles décident donc de ne pas signer la fausse proposition du SNAV jusqu’à ce qu’une grille décente, favorable à tous les salariés, soit assurée.


Communiqué de presse intersyndical

mercredi, avril 13 2016

Déclaration syndicale CFDT au Comité Entreprise

Les membres du CE de la section syndicale CFDT, très sensibilisés et préoccupés par le licenciement de 9 personnes au sein de la ligne Finances ont été les seuls sur ce projet à prendre leurs responsabilités. Il était impensable que sur un dossier de cette importance  nous ne fassions pas face à nos engagements. En conséquence,  nous avons   rendu un avis défavorable, une décision courageuse qui incite l'Entreprise à démarrer la discussion avec les salariés concernés, sous notre surveillance.

Nous comprenons que la marge de manœuvre de la France pour empêcher  la décision mondiale  de restructurer la ligne Finances du Groupe  GBT était quasi inexistante.
Nous  regrettons que la France, malgré sa position de leader en Europe, ne puisse peser sur ces décisions et doive subir ce mini PSE (suppression du rôle en France de GBC, GSR , M&E Finance, rôle d'analyste, et certaines tâches de GSD Finance)
Nous déplorons également la décision de la majorité des membres du CHSCT qui n'ont pas exigé en amont lors de la réunion de Toulouse du 16/03/2016  une expertise portant sur  l'outil Netsuite  et les outils associés  CSA3, BItool etc, comme nous le souhaitions. 

Cette expertise n'aurait certes pas pu empêcher le PSE, mais aurait permis d'étudier les impacts sur l'ensemble des changements que cela va entraîner pour les lignes Finances, mais également Commerciales. En effet, cet outil "Finance" qui intègre la gestion financière globale laisse à craindre  que  les règles définies par le groupe GBT Monde ne correspondent pas au marché français, et nous veillerons à ce que cela n'impacte pas les résultats de la France et ne soit pas générateur de risques psychosociaux.

Dans ce contexte, il nous a paru nécessaire de négocier les conditions de départ, mais aussi de reconversion des salariés qui pourraient bénéficier d'un reclassement, en évitant ainsi le stress inutile d'une attente injustifiée qu'entraînerait le report d'une décision d'avis du CE.

Les règles légales pour un petit licenciement économique (9 personnes) ne peuvent se comparer à celles d'un PSE plus important et la CFDT en avait pleinement conscience. Ne pas rendre d'avis mettait en danger  toute négociation avec la Direction. Il nous a ainsi paru inacceptable de prendre ce risque et de voir appliquer le minimum légal pour les salariés concernés (ICL + quatre à neuf mois de reclassement). L'intérêt des salariés étant pour nous une priorité.
        

Nous avons donc fait preuve de courage en affichant vis à vis de la Direction un avis défavorable. En effet, nous ne pouvons cautionner le principe de licenciements, dans le cadre des résultats mondialement positifs de l'Entreprise. Toutefois, nous avons accepté de négocier avec la Direction en exigeant plus que la proposition initiale présentée pour éviter qu'elle ne se retranche derrière les seules conditions légales de licenciement.


Les propositions acceptées par le Groupe GBT :


1)  Pour les personnes quittant l'Entreprise
 -  l'application des critères d'ordre définis avec le CE lors du PSE de  2013 bien plus précis que les simples critères légaux article L1233-5 du code du travail. (Système de points prenant en compte la situation sociale, les charges de famille, le critère d'ancienneté)
 - ICL
 - 30 K€ +10K€ (préconisés pour la formation) par salarié
 - 4 mois de reclassement  (3 mois à 100 % et 1 mois à 65 %)
 Pour les personnes âgées de 45 ans et plus et ayant + de 15 ans d'ancienneté      4 mois de reclassement à 100 %
 - Accompagnement du Cabinet OASYS  qui comprend 18 jours de formation avec un coaching  illimité

2) Pour les personnes acceptant un reclassement
 - un avenant à leur CDI sera établi
 - une période probatoire de 3 mois existera et permettra tant au salarié qu'au manager de mettre fin à l'avenant.  Le salarié rejoindrait alors le plan.

 Ces conditions nous ont semblé positives pour  les salariés concernés même si aucune mesure ne peut couvrir la gravité et les conséquences désastreuses d'un licenciement.
 Nous apprécions particulièrement  l’accompagnement du cabinet OASYS    sans limitation. Nous espérons  que le salarié se trouvera  dans des conditions optimales pour retrouver un emploi. Nous sommes conscients des difficultés dans un contexte économique morose que nos collègues vont devoir affronter.
Nous suivrons le reclassement de chacun en restant à l'écoute de façon individuelle. Enfin, notre équipe s'engage à poursuivre toute démarche qui pourrait aider à traverser cette période.

 

VOS DELEGUES SYNDICAUX

mardi, avril 12 2016

DEMISSION DE 2 MEMBRES DE LA SECTION CFDT AU CHSCT

Il nous semble important de vous expliquer les causes qui ont conduit les  2 membres du CHSCT de la section syndicale CFDT à démissionner lors du CHSCT du mois d’avril.

Comme évoqué dans nos tracts précédents, depuis le 26 octobre le CHSCT s’est réuni de nombreuses fois suite à l’annulation de l’expertise légale portant sur le coaching de la performance pourtant votée à l’unanimité.

Lors du CHSCT d’avril les membres du CHSCT ont voté et accepté que le nouveau processus de coaching de la performance au sein de GBT France ne soit plus soumis à un expert indépendant et reconnu  tel que TECHNOLOGIA comme nous l’avions préconisé. 

La lettre d’engagement ne garantit aujourd’hui qu’une photographie qui permettrait de définir ce qu’est le coaching de la performance via le Cabinet STIMULUS.

Malgré cela les membres du CHSCT souhaitent signer la lettre d’engagement avec la Direction bien qu’il ne soit pas dans les fonctions du CHSCT de signer le moindre accord même atypique. Cela relève dans notre Entreprise des Délégués Syndicaux. Les signataires porteront la responsabilité des conséquences qui découleront de ce projet. Nous  ne participerons pas à cet engagement qui ne protège en rien les salariés et dénonçons la position du syndicat détenant la majorité  qui a approuvé et favorisé cette position.

De même, malgré nos demandes répétées les membres du CHSCT n’ont pas souhaité demander une expertise sur l’outil Netsuite et les outils associés malgré les impacts (risques psychosociaux) évidents sur l’équipe finance France.

En conséquence, suite aux décisions de l’instance, les élus de la section CFDT et membres de plein droit du CHSCT ont remis leur démission à la Présidente de l’instance jusqu’à la prochaine élection qui aura lieu en juin 2016.

Bien entendu notre représentant syndical continue d’assister avec assiduité aux réunions.

jeudi, mars 10 2016

Gestion de la performance 2016 et outils : suite

En décembre 2015 le CHSCT est revenu sur son vote en annulant l'expertise qui avait été votée en octobre sur le coaching de la performance et les nouveaux outils qui vont en découler.

En remplacement de l'expertise une lettre d'engagement, beaucoup moins protectrice  hélas pour les salariés, devait être signée par la Direction. Ce document rédigé par la Direction a été aménagé par tous les membres du CHSCT en tenant compte des préconisations de nos experts et conseillers juridiques.

Trois mois sont déjà passés et la Direction refuse toujours de signer nos contre-propositions qui consistaient à encadrer un suivi sur 3 ans de la mise en place du coaching de la performance et à analyser toutes ses conséquences sur notre avenir avec l'aide de nos experts.

L'inspecteur du travail consulté sur cette lettre d'engagement  a insisté sur l'utilité  de revenir à l'expertise, seule démarche légale et protectrice.

La CFDT soutient depuis le début de ce projet le recours à l'expertise. Le temps joue contre nous. La direction le sait.

Ne laissez pas signer une lettre d'engagement qui serait en l'état contraire à vos intérêts.

La CFDT ne signera pas ce document.

Soyez acteurs de votre destin.

Aidez-nous en exprimant clairement votre position.


jeudi, mars 3 2016

Pourquoi le projet de loi El Khomri n’est pas acceptable en l’état

La CFDT avait des attentes fortes vis-à-vis de ce projet de loi qui, selon son intitulé officiel, doit « instaurer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs ». La version transmise aux syndicats est selon Laurent Berger « très déséquilibré ». Compte tenu de l’importance et de la diversité des sujets à faire évoluer, la CFDT a demandé au gouvernement un report de la présentation du texte en Conseil des minsitres. Elle a été entendue : la gouvervement promet désormais de reprendre la concertation avec les partenaires sociaux.

Des avancés…

  • Sanctuarisation des principes fondamentaux du droit du travail :
    CDI comme forme normale de contrat ; 35 heures comme durée légale ; majoration des heures supplémentaires…
  • Formation des jeunes
    Le projet de loi propose des droits à formation supplémentaire pour les jeunes sans qualification
  • Renforcement de la lutte contre le travail détaché illégal
  • Création du compte personnel d’activité
  • Renforcement du dialogue social par la confirmation de la règle de l’accord majoritaire et l'amélioration de la reconnaissance des organisations syndicales

     
… mais des mesures inacceptables...

  • Augmentation du pouvoir unilatéral de l’employeur sur le temps de travail des apprentis, les contreparties aux temps de pause et le recours au forfait-jours et à la modulation du temps de travail dans les petites entreprises
  • Fragilisation des salariés français en cas de licenciement économique
    Le projet propose de définir les motifs de recours au licenciement économique avec comme périmètre du niveau d’appréciation le seul territoire français, ce qui revient à considérer les salariés français comme une variable d’ajustement de la compétitivité entre les entreprises européennes
  • Plafonnement des indemnités prud’hommes
    La CFDT a toujours combattu le plafonnement des dommages et intérêts en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. Cette disposition n’est pas acceptable : elle priverait les salariés licenciés abusivement de la juste réparation de leur préjudice
     


... et des lacunes

La CFDT demande :

  • la possibilité d’accès pour tous à une banque des temps, un CET (compte épargne-temps) pour tous
  • la mise en place du mandatement syndical dans les petites entreprises

Pour la CFDT, le projet de loi est inacceptable en l’état !

dimanche, janvier 17 2016

Gestion de la performance 2016 et outils : suite

Suite à notre 1er tract, nous vous informons que  Seuls les élus de la section CFDT ont voté pour le maintien de l’expertise.  

De ce fait, La Direction a proposé d’officialiser par un protocole la renonciation votée à la majorité par les membres du CHSCT au recours à une expertise externe sur un projet de mise en place d’un système de gestion de la performance des salariés.  

Il s’agit, selon nous, pour notre Direction, en sécurisant la renonciation du CHSCT sur l’expertise, d'éviter le contentieux judiciaire permis par la loi en cas de contestation de l’employeur. Une demande dans ce sens aurait eu de grands risques d’être rejetée par le Tribunal de Grande Instance. En effet, ce protocole est une situation non prévue par les textes de loi et permet à la Direction d’exploiter en sa faveur la jurisprudence. Il s’agit d’une négociation atypique. 

Le non recours à l’expertise CHSCT extérieure prive les élus d’un avis indépendant offrant des garanties et une rigueur dans ses travaux, tant aux membres de l'instance qu'à la Direction.

La section CFDT estime ainsi être privée de son rôle de protection du salarié et a donc voté contre l’annulation de l’expertise. La Direction représentée par Cécile Bretecher, prétend qu’il s’agit  seulement d’un projet au stade « philosophique », la Direction  n’ayant pas actuellement suffisamment d’éléments à présenter à l’expert. Nous pensons qu’il aurait été plus opportun de reporter l’expertise si nécessaire, et attendre des compléments d’information dans l’intérêt de la protection des salariés. 

Bien que nous soyons non majoritaire au sein du CHSCT, nous continuons de discuter sur les modalités de la rédaction du protocole d’engagement de la Direction. Nous restons force de propositions et faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que le contenu et la mise en place du projet s’effectue sans porter préjudice aux salariés.

Lors de la dernière réunion du CHSCT, la Direction a clairement annoncé que le protocole préciserait  que "Si une expertise venait à être votée sur le même thème, l’engagement de prise en charge des frais d’accompagnement par GBT serait caduc et le CHSCT devrait s’engager à rembourser à l’Entreprise de tout montant déjà acquitté auprès du prestataire" 

Nous considérons que cela serait  susceptible de constituer un délit d’entrave prévu par l’article L 4742-1 du code du travail car cette phrase  aurait pour effet de « sanctionner » financièrement une institution représentative du personnel. 

 Un CHSCT extraordinaire aura lieu le 22 janvier, nous continuerons de vous tenir informés de l’évolution de nos discussions.

 

Votre Section CFDT

 

mercredi, décembre 23 2015

BONNE FETES A TOUS

Résultat de recherche d'images pour "joyeuses fêtes 2016 anime gif" Vos délégués Syndicaux et votre équipe

                                                                                fete bonne annee 161

jeudi, décembre 17 2015

Accord NAO 2016

Bonjour,

Pour la deuxième fois consécutive, la CFDT n'a pas signé l'accord NAO 2016 à l’inverse du syndicat majoritaire.

 Bien que des mesures positives aient été reconduites, comme le lundi de Pentecôte, la réduction du temps de travail pour les femmes enceintes, la monétisation des RC placés sur le CET, le dispositif des CÉSU…, nous considérons que les efforts consentis par la direction sont trop faible.

La CFDT revendique depuis des années une augmentation générale des salaires significative, dans l’optique de maintenir le pouvoir d'achat des salariés et d’améliorer leurs conditions de vie dans une période économique difficile pour la plupart d’entre nous.

 La CFDT n’est pas opposée aux augmentations au mérite mais considère qu’elles doivent venir en complément d’une augmentation générale afin que la motivation de tous soit assurée. Une augmentation générale des salaires une nouvelle fois refusée par l’entreprise.

La CFDT aurait souhaité que l’entreprise envoie un signal fort à ses salariés, en les associant  plus encore à la dynamique mise en place par la nouvelle direction que nous soutenons dans sa démarche commerciale courageuse et efficace et qu’elle ne se contente pas de proposer des mesures à minima.

Les salariés, véritable fondement de notre Société restent très attachés à leur métier et dans une période ou nous regagnons des clients, tous auraient apprécié un encouragement financier plus marqué comme le réclame notre Fédération depuis des années.

La CFDT reste à l'écoute de la Direction et sera bien sur disponible pour les prochaines négociations sur le plan salarial ainsi que pour toutes les autres propositions constructives dans tous les domaines en ayant toujours pour priorité la défense des intérêts des salariés.

Nous nous engageons quotidiennement à vos côtés et seront là avec toute notre équipe CFDT au quotidien sur le terrain pour les prochains rendez-vous sociaux et pour faire valoir vos droits.

 

 

lundi, décembre 14 2015

LA MUTUELLE

Il est important de préciser que la Direction a tout pouvoir de décision concernant la mutuelle.

Aussi, nous tenons à remercier vivement la Direction représentée par O. V. d’avoir tenu compte de nos remarques et suggestions.

La mutuelle concerne tous les salariés ouvrant droit  et  cette année encore  concernera tous les ayants droits conjoints et enfants malgré la nouvelle loi qui impose à tout salarié d’être affilié à une mutuelle.

 

A partir du 01 Janvier 2016   Changement de courtier, de gestionnaire mais pas d’assureur

Courtier  TOWERS WATSON (en remplacement de MERCER)

Conception et préconisations des dispositifs santé & prévoyance

Suivi réglementaire, analyses des comptes de résultats, préconisations sur les évolutions du régime

Gestion en Assurance de Personnes par  GRAS SAVOYE (en remplacement de MERCER)

Avec un extranet Assurés permettant de gérer son compte à distance programmes santé et prévoyance

Assureur(mutuelle) QUATREM qui ne change pas

 

Mise en conformité CONTRAT RESPONSABLE sur la santé (mutuelle)

Pour être qualifié de « responsable », un contrat de complémentaire santé doit respecter un cahier des charges précis, fixé et ponctuellement mis à jour par les autorités publiques. La formule doit, en résumé, garantir un bon niveau de couverture pour les dépenses de santé les plus courantes, et assurer notamment un renfort efficace sur certains postes mal remboursés par la Sécurité sociale. Pour autant, elle doit également inciter l’assuré à adopter un comportement responsable (d’où son appellation), en se conformant à l’esprit des politiques de santé publique : consulter en priorité le médecin traitant, respecter le parcours de soin coordonné, éviter les professionnels pratiquant de forts dépassements d’honoraires… C’est la raison pour laquelle le contrat responsable, par exemple, ne doit pas rembourser la participation forfaitaire de 1 € pour chaque consultation chez le médecin ou les différentes franchises pour l’achat de médicaments ou le recours aux transports sanitaires. Dans l’hypothèse où l’adhésion à la mutuelle ne requiert aucun questionnaire médical, le contrat sera qualifié par ailleurs de « solidaire ».

Incidence sur le régime obligatoire :

Certains postes sont impactés par le contrat responsable :

– Les honoraires médicaux ou chirurgicaux en hospitalisation (hors CAS)   le médecin aura adhéré au CAS  (contrat d’accès au soin) ou non  voir http://ameli-direct.ameli.fr/

– Les consultations de médecins généralistes (hors CAS)

– Les consultations de médecins spécialistes (hors CAS)

– Les actes techniques médicaux, actes de radiologie (hors CAS)

– La monture

– Les verres

Aménagement (cotisations maintenus)

  Remboursement de3 séances d'ostéopathie par an (au lieu de 2) à 40€ (au lieu de 30€), par bénéficiaire, élargi à la chiropractie et l'acuponcture

  Prise en charge à concurrence de 50€ par an et par bénéficiaire de pharmacie prescrite médicalement mais non remboursée par la SS

  Prise en charge de pédicure / podologue prescrit médicalement  200% BR (base de remboursement)

  Prise en charge de prothèse orthopédique (semelles par exemple)  350%  BR

  Remboursement augmenté de 100€ pour les implants dentaires (maxi 2 par an/bénéficiaire)

 

Régime optionnel SURCOMPLEMENTAIRE


Prestations en complément du régime de base  POUR GARDER LES MEMES PRESTATIONS QU’EN 2015 par rapport au contrat responsable

Cotisation mensuelle de 2.13 % du PMSS (plafond mensuel de la sécurité sociale) soit (67.50 euros mensuel quel que soit le salaire du salarié)

 

L’inscription implique un minimum de 2 ans.

Attention si  vous ne souscrivez pas  dès le début, vous ne pourrez y souscrire que l’année suivante avec un délai de carence de  3 mois (en prévenant au plus tard le 30 septembre).

Par contre, si après adhésion vous souhaitez annuler la surcomplémentaire

Cet acte sera définitif et vous n’aurez plus le droit d’y adhérer sauf exceptions.

 

Dès janvier 2016, la mutuelle devient  obligatoire pour tout salarié.

La Direction a décidé de ne faire qu’une seule option familiale  afin que notre mutuelle soit solidaire.

Très rapidement, la Direction des Ressources Humaines doit revenir vers nous.

 

Nous restons à votre disposition et ferons comme toujours le maximum pour vous répondre le plus rapidement possible.

 

Votre équipe CFDT

jeudi, décembre 3 2015

Expertise du CHSCT sur la gestion de la performance 2016 et outils : la position de la CFDT

Le 26 Octobre, un CHSCT s’est tenu pour une réunion extraordinaire afin d’être consulté sur l’application du nouveau système de gestion de la performance et des outils associés pour l’année 2016.

Le CHSCT, à l’issue de cette réunion, et se basant sur le fait qu’il considérait ne pas disposer d’assez d’informations pour se prononcer, que ces informations lui paraissaient trop générales et que la nature même du système allait avoir des répercussions importantes pour l’avenir de tous les salariés, a décidé de ne pas rendre d’avis et de diligenter une expertise à l’aide d’un cabinet professionnel et indépendant :  Le cabinet Technologia.

Le CHSCT a voté à l’unanimité, toutes sensibilités syndicales confondues, le recours à cette expertise extérieure.

L'expert doit  étudier et analyser tous les aspects du projet avant déploiement, puis  revenir vers l’instance avec des préconisations qui auront pour but de mettre en évidence les impacts sociaux éventuels liés  à ce projet. Ensuite, à chaque phase du déploiement, il vérifiera que les changements apportés ne représentent aucun risque pour les salariés.

Depuis le 26 Octobre, nous attendons la  signature d’une convention de cadrage entre le cabinet d’expertise, la Société, et le CHSCT.

La Direction a exprimé son désaccord, à priori, sans action en justice à ce jour, et réfléchit à une autre solution négociée qui, à notre sens, est beaucoup moins protectrice pour les salariés et surtout dénuée de toute sécurité juridique.

Il s'agirait d'un  comité de suivi ou d'un accord collectif de méthode qui ne saurait, pour nous, avoir la même portée qu’une expertise extérieure. Tous les cabinets juridiques que nous avons sollicité, et qui aident les instances en conviennent et partagent notre analyse.

Un accord collectif décrirait le cadre sur 3 ans. Une fois encore, cela revient à signer un chèque en blanc sans connaitre réellement les phases du projet.

Une expertise permet de matérialiser certains manquements en rendant un rapport avant mise en place du projet.

Rien n'interdit ensuite un accompagnement de ce projet. En effet, suite à une expertise qui se pratique communément dans les Grands Groupes, l'expert peut intervenir à chaque phase de mise en place du projet.

Le CHSCT peut ainsi rendre régulièrement un avis sur son déroulement.

Les élus CFDT au CHSCT sont pleinement dans leur rôle de prévention des risques et, comme vous l'aurez compris, ne souhaitent pas revenir sur leurs votes.

Cependant, nous ne sommes pas majoritaires. Un nouveau CHSCT extraordinaire est programmé. Nous vous tiendrons bien évidement informés de la suite de ce vote et de l’évolution de ce très important dossier. Les élus CFDT sont et seront toujours là pour défendre vos intérêts.

 

Evelyne Mussini-Tharreau & Gilles Paton

Délégués Syndicaux CFDT

 

lundi, novembre 23 2015

Déclaration du Bureau National de la CFDT

cfdt_Attentat.pdf

- page 1 de 15